samedi 9 avril 2016

Au l'avoir du temps d'avant

Au l'avoir du temps d'avant
Au vent des souvenirs il reste un vieux lavoir, dont les poutres usées ont traversé le temps.
En a-t-il abrité des femmes bien bruyantes, des heures à genoux dans leurs caissettes de bois, toujours à jaboter au rythme des battoirs pour détacher le linge jauni par la sueur.
En a-t-il entendu des histoires coquines, des idylles inventées sur monsieur le curé, aux folies mouvementées de la grande rouquine quand son décolleté plongeant éveillait les soupirs.
Et dans ce tintamarre les jeunes qui chantonnent pour faire passer le temps, quand brouettes bien remplies les vieilles en clopinant bougonnent à revivre leurs temps d’avant.
En a-t-il partagé des fêtes du village qui donnaient du bonheur à tous et à tout âge, sa toiture solide protégeant de l’orage, convives et cochonnaille.
En a-t-il hébergé à peine la nuit tombée, des instants romantiques, des instants d’amoureux, des baisers les plus doux aux serments les plus fous.
Au vent des souvenirs il reste un vieux lavoir, dont les poutres usées servent de perchoirs, de son temps noir et blanc reviennent des silences, les écouter le soir c’est vivre son histoire.

Lavoir  Situé à Bizanet Languedoc Roussillon près de Narbonne

17 commentaires:

  1. Bonsoir Roger... le lavoir, un moment du passé au temps de la mère Denis, le tout à la main... On dit que cs dames cassaient du sucre sur le dos des hommes, dans ce dur labeur ça mettait du coeur à l'ouvrage... eh oui ! Merci pour celui-ci, bises, JB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La mère Denis jobotait très fort sur le père Demi "de bière Belge bien-sur" j'aurais du oser (-:)
      Merci pour ta visite, bises Jill

      Supprimer
  2. Et bientôt les nombreuses venelles, les escaliers et lavoirs d'Audierne...

    les lavoirs du temps d'avant racontent la vie dure des femmes en ce temps; un beau billet Roger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Audierne mérite un "Spécial Jamadrou" zt il en sera ainsi, pour l'instant je me contente de la webcam du môle du Raoulic jusqu’à l’embarcadère de Ste Evette et le soleil est présent en ce moment.Parler du temps d'avant c'est rendre hommage à ces femmes.
      Bises

      Supprimer
  3. Bonjour Roger,

    Le lavoir, quel beau sujet. J'ai un livre d'aquarelles qui lui est uniquement consacré, mais sur ceux de Provence.
    J'ai dessiné et peint plus d'une fois des lavoirs pour ces éclats de l'eau qui éclabousse la pierre. Il me semble entendre tous ces buits, ces rires, ces interpellations, papotages, disputes ou confidences. C'est un lieu vraiment particulier.

    Tu rends un bel hommage aux lavoirs et à ces femmes qui l'utilisaient hiver comme été. Magnifique billet.Merci Roger
    Bises
    ;).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Martine, oui il existe des lieux ou l'ancienne vie bruisse dans le silence,ne pas oublier le dur labeur des femmes de l'époque surtout l'hiver. Je suis ravis de retrouver ta plume sur mes pages.
      Bises

      Supprimer
  4. Un espace où le temps se pose et en se posant laisse ses traces en braille poétique.
    Hélène*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Hélène l'usure du temps sur la pierre est comme un poème en braille à nous de laisser nos mains les recouvrir pour le comprendre.
      Roger

      Supprimer
  5. Eh non Roger je ne reçois pas la réponse à mes commentaires, quant à s'inscrire il faut ouvrir un compte Netvive ou Yohoo... je préfère une simple newsletter, pas grave, j'ai ton lien chez moi, donc je passerai de temps en temps... ;-) Amicalement, bises, JB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Jill je comprends, ton passage par ici sera toujours le bienvenu.
      Roger

      Supprimer
  6. Coucou Roger,

    aujourd'hui petite pause dans nos sorties,le temps est mi-figue mi-raisin.

    un bel hommage à ces femmes qui y ont passée temps d'heures.

    Bonne journée bisses .
    Nanou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien voilà Nanou tu as finis par arriver à le poser ton commentaire, oui des heures et je n'ose même pas imaginer les douleurs aux dos et aux genoux à la tombée du soir de leurs vies. Bonne soirée et à bientôt sur tes rives. Bises amicales

      Supprimer
  7. Une tranche de vie comme tu sais nous les conter Roger, j'aime ce retour en arrière, cette douce nostalgie qui enchante ma personne. Merci Roger pour ce beau partage !
    Belle et douce soirée à toi !
    Bisous bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Fanfan
      La nostalgie est douce mais que les temps étaient durs pour elles, c'est un lieu propice aux comptes d'antan, j'aime ces pierres usées par le temps et les frottements des générations passées elles possèdent vraiment une histoire. Par une journée d'été chaude c'est un havre de paix.
      Bisous Fanfan et merci d'être toujours présente

      Supprimer
    2. Chut ! pas de merci Roger, c'est un réel plaisir que de venir te rendre visite ;-)
      A bientôt Roger !
      Bisous tendre Mr le photographe

      Supprimer
  8. Un vieux lavoir comme une invitation aux confidences, dites à voix haute ou à soi-même, peu importe ...
    Au l'avoir du temps d'avant ,les couleurs du temps se mirent dans cette eau désormais apaisée .
    Couleurs d'hier et couleurs d'aujourd'hui, qui ont donné et donnent vie à un village dans les bons, comme dans les mauvais moments.
    Souvenirs enfouis dans les mémoires ...
    Au vent des souvenirs ,se poser , écouter les silences qui peu à peu délivreront les confidences d'un temps qui fut et dont les pierres gardent à jamais le secret .
    Bel après-midi Roger
    BisouS

    RépondreSupprimer

  9. Ce vieux Lavoir possède certainement sa mémoire faite de confidences et de secrets il a dû en entendre des mots, des beaux et des moins beaux. Certains disent que les mots ne sont que du vent, qu'ils naissent comme les rêves pour être porté par les vents vers leurs destinées. Ils passent un jour puis se défilent à l’horizon pour revenir vous prendre par surprise dans la douceur d’un soir au Lavoir du temps d’avant.
    Belle nuit Véronique, le soir sous le lavoir le temps est immobile, reste le bruissement de l'eau qui chuchote des secrets aux passants. BisouS

    RépondreSupprimer